Accueil > Agenda > CHEVALREX + LA FELINE + EDDY CRAMPES
LE 7 juin 2016 // Concerts // CHEVALREX + LA FELINE + EDDY CRAMPES

CHEVALREX + LA FELINE + EDDY CRAMPES

Pop


Fête souterraine au sommet avec 3 snipers pop, 3 outsiders de la "chose" chantée en français. Nous fêterons la sortie en juin du nouvel album de Chevalrex 'futurisme' (Vietnam/Because Music). Pour l'occasion, il jouera en duo avec l'incontournable Mocke (Arlt / Holden / Midget...).

Concert initialement prévu le 7 juin, reporté à cause de la crue au 22 juin


MERCREDI 22 JUIN
FÊTE SOUTERRAINE
CHEVALREX (sniper pop / Paris-Valence) - Fête de Lancement "Futurisme"
+ LA FELINE (chanson deep / religion pop en français)
+ EDDY CRAMPES (variété underground / Toulouse)
20h / 9€ en prévente*, TR, habitants du 13eme / 13€ sur place
*hors frais de location
EVENT FB

CHEVALREX Douze morceaux, mais un seul qui dépasse réellement les 3 minutes. Rémy Poncet, Chevalrex, n’est pas homme à se perdre en chemin. Il trace des lignes, droites, mélodiques, rythmiques, des lignes de force qui soutiennent l’architecture d’un album habité par un homme qui sait de quoi il parle, ou plutôt de qui ; il parle de lui, donc il parle de vous, de nous, de tous, car Chevalrex connaît le langage universel. Il dit des choses comme : “Tu vois j’ai haï l’enfance, d’aussi loin que j’y pense” ou encore “Je laisse enfin s’enfuir ma vie d’adolescent, pour désormais m’offrir quelques points culminants”. Il chante cela d’une voix douce et fragile, comme un fil de soie qui tiendrait ses compositions en équilibre.

Ses “symphonies miniatures” comme ont pris l’habitude de les qualifier les médias depuis la sortie de ses précédents disques et notamment l’album Catapulte en 2013.

A l’époque, des Inrocks à Libération, les critiques musicaux ont vanté le génie de ces “petits classiques branlants” ou encore d’une “musique fantasmée entre chanson minimale, symphonie de poche, vignette sixties et collage sonore”. Ils ont cité Mathieu Boogaerts, Stereolab, Jonathan Richman ou l’héritage du label Lithium (de Dominique A à Jérôme Minière).

Avec Futurisme, Chevalrex a conservé l’élégance lo-fi des compositions –garanti par le processus même d’enregistrement, en homme-groupe qui construit seul son univers–, ce raffinement qui renvoie au panthéon du rock indépendant des années 90, mais il a aussi gagné en puissance mélodique ; pour le dire autrement, il a pris de l’ampleur. Tant et si bien qu’après ce disque, il y a fort à parier que c’est lui, Chevalrex, qui servira de références aux futurs joyaux de la pop française. _https://www.facebook.com/chevalrex/?fref=ts

LA FELINE
La Féline est le projet dreampop de la chanteuse et guitariste Agnès Gayraud, apparue autour de 2010 dans l’underground parisien. Pattes de velours mais plume acérée, elle chante d’une voix blanche et parfois lyrique à la Liz Frazer une musique très pop mais aussi profonde, entre douceur introspective et paysages électroniques. Elle évoque Brigitte Fontaine ou Jean-Louis Murat pour l’écriture ciselée, Jeannette ou Julee Cruise pour la naïveté sensuelle, Deux ou les Young Marble Giants pour le goût des sons synthétiques minimaux. Agnès a collaboré avec des gens aussi différents que le compositeur électro Mondkopf et le chanteur Christophe. Tout son travail jette un pont entre songwriting soigné, où seuls la voix, la mélodie et le texte comptent, et attention au climat des sons. Après plusieurs EP, son premier album, « Adieu l’enfance », arrangé et produit avec Xavier Thiry (Hello Kurt), est sorti ce 25 novembre sur le label Kwaidan Records.
A Découvrir Absolument"
https://www.facebook.com/lafelinemusic?fref=ts

EDDY CRAMPES
Eddy Crampes n’existe pas. Il arrive qu’on le voie (se dessiner lentement dans les fumigènes, ouvrant son œil de corail calciné sur ses ouailles interloquées). Il arrive qu’on le voie mais ça ne prouve rien. Eddy Crampes n’existe pas. D’ailleurs ce nom impossible, Eddy Crampes, est son vrai nom et il faut ne pas exister pour s’appeler vraiment Eddy Crampes. Pur virus dans la mémoire affective de tout un chacun (c’est à dire vous, c’est à dire moi), pure projection, pure hallucination collective, Eddy Crampes a pourtant l’odeur et le poids réels d’un arbre que la foudre a laissé noirci sur le chemin de nuit. Comme le coup de foudre, Eddy Crampes existe et n’existe pas. A part ça, il chante. Et pour quelqu’un qui existe et qui n’existe pas, il chante sacrément bien, de cet ourlé pâle cendré qu’ont les crooneurs quand ils titubent, haleine de tabac dans le souffle doux, que seules quelques consonnes clic clac viennent crocheter à petits coups de dents très sûrs. Chanteur métaphysique, c’est le métier des super-héros quand ils n’ont pas pris la mesure encore de leurs super-pouvoirs. On dirige alors son magnétisme dans les coulisses d’une poésie quotidienne, théâtre chanté dans un décor minimal où la dépression est élevée au rang des beaux-arts, sensuelle, lessivée mais brûlant d’un feu secret que l’on devine sans comprendre et qui nous trouble. Les chansons d’Eddy Crampes ne vous apprendront rien d’autres qu’à sempiternellement recommencer vos erreurs mais vous saurez, vos erreurs, les danser comme un slow, ou vous les repasser comme la bande bégayante d’un karaoké cosmique. Oubliez les idées que vous vous faisiez sur le rock’n’roll le vrai, sur les vertus de l’avant-garde : pour ne pas exister, Eddy Crampes n’en a pas moins compris avant tout le monde que la musique qui ne vous colle pas les uns contre les autres, deux cœurs meurtris qu’un refrain réveille et catapulte contre tous les châteaux en Espagne, est une musique négligeable. Laissez tomber vos années punk, vos apprentissages des choses du jazz, découvrez-ceci : tout ce qui compte clignote dans vos souvenirs les plus enfouis, informés à distance par l’auto-radio paternel. La variété fantôme, hypnagogique, ou ce que vous voudrez, que ce satané fils de coyote fait grésiller directement dans vos têtes vous laissera transis, hilares et sidérés, heureux d’être toujours le même tombeau sur pieds, héros orgueilleux de vos vies dérisoires et magnifiques. On se contre-branle qu’Eddy Crampes existe ou n’existe pas. Eddy Crampes est LE grand chanteur français et puis c’est tout.
Notes de Sing Sing (Arlt)