Accueil > Agenda > Refrains Refuges - Stranded Horse
LE 5 juillet 2017 // Concerts // Refrains Refuges - Stranded Horse

    Refrains Refuges - Stranded Horse

    Folk


    Dans le cadre de son projet hors les murs "Refrains Refuges", Petit Bain s'associe au CHU Jean Quarré et convie Stranded Horse pour un concert en trio.

    MERCREDI 5 JUILLET
    REFRAINS REFUGES - STRANDED HORSE
    Folk
    CHU Jean Quarré
    12 rue Henri Ribière (identique au Théâtre de Verre)
    75019 Paris
    19h / Entrée Libre
    EVENT

    STRANDED HORSE

    Fin 2012, Stranded Horse (alias Yann Tambour) dévoilait deux titres sous la forme d’un 45 tours, fruit d’une récente résidence de création à l’Institut Français de Dakar. Sur une singulière version du classique de Joy Division ‘Transmission’, le musicien effectuait le grand écart : réchauffer les courants d’air froids de Manchester sous le soleil du Sénégal, conduire le morceau à travers la grâce de divers instruments à cordes d’Afrique occidentale. L’orchestration souligne alors une volonté d’instaurer un dialogue collectif : kora (Yann Tambour, Boubacar Cisssokho), Riti – violon peul – (Poulo K.), et balafon (Bakoutoubo Dambakhate).

    Cette première résidence dakaroise (une seconde interviendra à l’été 2013) est rapidement prolongée par une collaboration scénique : Yann Tambour invite un jeune prodige sénégalais, le joueur de kora Boubacar Cissokho à effectuer en sa compagnie ses premiers pas sur les scènes européennes. Une représentation unique dans la grande salle du Théâtre National de Toulouse (décembre 2012) offre également l’occasion rêvée d’expérimenter une nouvelle formule, d’étoffer les arrangements, et d’explorer ainsi de nouveaux horizons : Yann Tambour est alors accompagné par Boubacar Cissokho, Carla Pallone et Christelle Lassort au violon et Gaspar Claus au violoncelle.

    Album aux arrangements contrastés et aux mariages inattendus, ‘Luxe’ se nourrit de ces collaborations et de ces voyages. Album nomade, ce nouvel opus puise également ses sources dans les différentes tournées effectuées au cours de ces dernières années (Europe de l’Ouest et Centrale, Russie, Japon, Chine, États-Unis ou Afrique du Nord), et dans les disques glanés au fil de celles-ci. Album métissé enfin qui marie subtilement folk anglo-saxon, horizons mandingues et chanson française.

    ‘Luxe’ est le troisième album de Stranded Horse après ‘Humbling Tides’ (2012) et ‘Churning Strides’ (2007). Avec entre temps (2008), une collaboration avec Ballaké Sissoko (sous la forme d’une tournée et d’un maxi vinyle) où les deux musiciens délivraient une réinterprétation à quatre mains de titres de ‘Churning Strides’. D’origine normande, et ayant débuté sa carrière en 2001 avec un premier projet Encre, qui allie samples d’instruments à cordes, piano et voix, Yann Tambour y privilégie une approche personnelle de la kora : il fabrique ses propres instruments, compacts, plus légers, et dernièrement une kora chromatique à leviers de harpe en kéno, érable et formica : la formikora.

    Site / Facebook / Twitter

    Crédits photos : Denis Sourdin & Pascal Amoyel

    ►REFRAINS REFUGES, C’EST QUOI ?◀︎

    « Refrains refuges » - Une manière comme une autre de s’engager auprès des réfugiés.

    Depuis sa création, Petit Bain s’est donné pour mission d’aller chercher les publics les plus éloignés de l’offre culturelle, que ce soit à travers des projets hors les murs, une politique tarifaire spécifique mais aussi sous l’angle de l’accès aux métiers du spectacle via son projet d’insertion par l’activité économique.

    Il y a quelques mois, Petit Bain s’est associé à l’équipe d’Emmaüs Solidarité dans le but d’organiser des concerts dans les centres et foyers pour migrants. Un premier concert a eu lieu le 14 décembre 2016, au CHU La Chapelle avec la complicité du festival Rares talents ; un moment d’une incroyable intensité qui a conforté l’équipe dans la pertinence de cette démarche et la volonté de prolonger l’initiative.

    Petit Bain a depuis rencontré l’équipe du Centre Jean Quarré (à Place des Fêtes) avec l’idée d’y construire une programmation mensuelle. Une démarche s’est imposée d’elle-même : faire le choix de la simplicité (petites formations acoustiques ou faciles à sonoriser) et de l’éclectisme (pas de limites esthétiques) pour se concentrer sur la rencontre entre artistes et public, voire susciter l’intervention spontanée.