Accueil > Agenda > THE PAINS OF BEING PURE AT HEART
LE 1er mars 2018 // Concerts // THE PAINS OF BEING PURE AT HEART

THE PAINS OF BEING PURE AT HEART

Indie Pop


Petit bain présente

JEUDI 1 MARS
THE PAINS OF BEING PURE AT HEART
+ SOON, SHE SAID
Pop
20h>23h / 19€ en prévente*, TR, habitants du 13eme / 22€ sur place
* hors frais de location
EVENT

THE PAINS OF BEING PURE AT HEART

Avec un premier album éponyme en 2009 qui faisait la synthèse de 25 ans de rock anglais (The Jesus And Mary Chain, Sarah Records, …), The Pains Of Being Pure At Heart ont réussi à créer la sensation dans le monde de l’indie-pop. Avec « Belong » leur second LP et « Days of Abandon » leur dernier en date, les New-Yorkais se sont définitivement installés sur le trône du revival 90s qui égaille nos lecteurs mp3 aujourd’hui. Chœurs angéliques, mélodies douces amères, mur de guitares saturées, claviers planants et batterie frénétique : difficile de résister.

_

SOON, SHE SAID
Les vacances d’été à flâner sur la plage ou les journées maussades, oisives, les soirées entre amis qui s’étirent tard dans la nuit lorsque chacun veut faire écouter ses dernières découvertes, les longs moments de solitude où s’échappent les pensées intimes : toujours les oreilles tournées vers ailleurs, si près, si loin. C’est parce qu’ils portaient leurs regards dans la même direction que Julien Perrin (chant, guitare) et Marc Corlett (guitare) ont commencé à composer, avant que Laura Bruneau (chant, choeurs et basse) et Martial Durand (batterie) donnent corps à Soon, She Said en 2015. C’est aussi cet amour partagé de certaines évidentes (ou pas) références musicales qui a scellé la collaboration entre Soon, She Said et le label Monopsone, pour enfanter la cinquantième référence du label : The First Casualty of Love is Innocence, sorti le 28 avril 2017. Pour ce qui est des ambiances et l’alternance entre acoustique et noisy, l’ombre de Slowdive est bien évidemment prégnante sur tout le disque, tout comme celle de Pale Saints, Ride, voire The Cure période Disintegration ainsi que les groupes Sarah Records (Blueboyou Field Mice), mais les morceaux captent surtout par leur amplitude mélodique et la richesse des arrangements et de la production, en écho à l’évolution des sentiments qui sous-tendent l’album sur la durée. Entre un coup de poing rageur dans le mur et une tentative de fuite en mettant la tête sous l’oreiller, lorsque l’innocence s’étiole et que l’amour se dilue dans une note de guitare réverbérée à l’infini.