Accueil > Agenda > Zëro + Moodie Black + Rise People, Rise !
LE 22 mai 2018 // Concerts // Zëro + Moodie Black + Rise People, Rise !

Zëro + Moodie Black + Rise People, Rise !

Noise Rock


Si leurs récentes collaborations avec Virginie Despentes et Béatrice Dalle ont donné aux lyonnais le coup de projecteur qu’ils méritaient, ce n’est là que le plus récent chapitre d’une histoire commencée jeune et il y a plus de 25 ans par Eric Aldéa, déjà accompagné du batteur Franck Laurino.

MARDI 22 MAI

ZËRO
+ MOODIE BLACK
+ Rise People, Rise !
Noise Rock
19h30 / 13€ en prévente*, TR, habitants du 13eme / 16€ sur place
*hors frais de location
EVENT FB
PREVENTE

ZËRO
Au sein des Deity Guns (89-93) puis de Bästard (93-98) et en une poignée d’albums (dont des productions signée Lee Ranaldo de Sonic Youth ou Andy Briant de Tortoise), ils ont tout simplement été les pionniers du post-rock en France. Et pourtant le chapitre qui arrive aujourd’hui ressemble presque au « debut album » d’une jeune formation pétrie d’une fougueuse et insatiable envie d’en découdre avec le monde. Un monde complexe, angoissant, oppressant même, et pourtant riche de sa confusion. « Ce serait pas un peu le bordel ? » semble demander le titre de ce nouvel album et set-live : Ain’t That Mayhem qui sortira ce 27 avril 2018 (label Ici d’Ailleurs).

MOODIE BLACK

Moodie Black est un trio americain dont le son unique est à la croisé d’un noise-rap habité transcendé d’embardées coldwave indus addictives et de desert songs proprement hallucinantes.
Fondé à Phoenix Arizona dans la seconde moitié des années 2000 par Chris Martinez (voix, production, synthétiseur moog) et Sean Lindhall (guitare), Moodie Black va s’embarquer pour Los Angeles avant de poser leurs valises à Minneapolis ou la scène musicale est vivace.

Auteurs de 5 albums dont les acclamés MB (2012) et Nausea (2014), de nombreuses tournées US (passages à South by Southwest fest en 2015 et 2017) et deux tournées européennes dont la dernière en 2015 a vu le groupe partager des affiches avec Dälek, Daedelius, EZ3kiel, Zenzile, Oddateee... et jouer en France dans des lieux comme le Festival Soy (Nantes), le festival Riddim Collision (Lyon), Petit Bain (Paris), l’Astrolabe (Orleans),Impetus Festival (Montbeliard), la Sirène (La Rochelle), le Metronum (Toulouse), les Trinitaires (Metz), le Temps Machine (Tours), La Lune des Pirates (Amiens), l’IBoat (Bordeaux)...

Moodie Black est de retour sur disque avec la sortie de "Lucas Acid" en août prochain et sera sur les scènes européennes en octobre et novembre pour défendre ce nouvel album.

En quelques années leur son est devenu une marque de fabrique poétique, consciente, bruyante et presque spirituelle au milieu de la sphère noise-rap au même titre que Death Grips, Dälek, Oddateee, Shabazz Palaces, Clipping, Ho99o9s qui ont pour point commun d’être des projets à identité singulière tout en étant rattachés au hip-hop.

Moodie Black quant à eux réconcilient en live amateurs de rap au beats puissants/flow concis et aficionados de rock aux guitares noise, coldwave ou desert rock, de batteries appuyées et de videos poétiques et hypnotiques. Amateurs de Public Enemy, KRS One, Dälek, Death Grips, Earth, The Cure, Sonic Youth, Joy Division, PIL, Killing Joke, Techno Animal... vous devriez être servis.

Rise People, Rise !
Mai 68 – Mai 2018 - Création inédite de Rise People, Rise ! avec Eric Tandy

Comme on l’a entendu à longueur de journées, Mai 2018 fêtera le 50ème anniversaire de Mai 68, grande période de révolte sociale et sociétale. La dernière : les tenants du pouvoir moderne, les mêmes qui aujourd’hui s’auto congratulent d’avoir été, déjà, sur le devant de la scène médiatique à l’époque, s’en sont assurés.

Loin de nier tout progrès ayant découlé de ces quelques semaines, il était hors de question pour nous de célébrer, à notre tour, les fantasmes partouzeurs flower power acidés et légèrement énervés de quelques étudiants de bonne famille depuis « rentrés dans le rang », si tant est qu’ils en soient sortis un jour. Il ne s’agissait pas non plus de cracher sur le souvenir des ouvriers et étudiants-tout court qui ont fait évoluer grandement les droits sociaux et les courbes salariales.

Car Rise People, Rise ! est un groupe de rock et que le rock, n’en déplaise à la majorité, est par essence tourné vers l’avenir et non vers le vintage, « Ne me libère pas, je m’en charge. », dernière création du trio parisien sera une ode à ces générations auxquelles on a rabâché en permanence que tout était foutu pour eux, que 68, exemple ultime du combat mais néanmoins décrédibilisé par cette même intelligentzia qui a basé toute sa carrière dessus, ne se reproduirait jamais et qu’il ne servait à rien d’imaginer l’avenir puisqu’on l’avait déjà fait à leur place. Ces générations : les nôtres.